Tourisme sexuel et escortes à Barcelone

Je ne m’étais jamais considéré comme un touriste sexuel. Quand j’ai décidé de descendre en République dominicaine, j’étais photographe et je me suis lancé dans un projet sur la prostitution. L’idée du projet s’est cristallisée après la lecture du livre de Denise Brennan, What’s Love Got to Do With It?, une ethnographie de travailleuses du sexe dans une petite ville de villégiature sur la côte nord du DR. Les histoires que Brennan raconte sur les femmes qui s’installent à Sosúa pour travailler dans le domaine du travail du sexe brossent un tableau non pas des victimes passives de circonstances, mais des femmes qui réalisent de manière pragmatique des plans visant à améliorer leur vie et celle de leurs enfants.

Brennan n’ a pas trouvé les malheureuses victimes auxquelles on pouvait s’attendre. Il s’est avéré que moi non plus. Son livre a aidé à dissiper les préjugés et les doutes que j’avais, rien à voir avec celles de Barcelonaescorts. Mais alors que je faisais mes valises pour ce premier voyage, j’ai compris que pour réaliser le projet photo que je voulais faire, entrer et représenter leur monde, j’aurais probablement besoin de devenir leur client. Je deviendrais touriste sexuel.

Qu’est-ce que c’est le tourisme sexuel?

Pour être franc, j’attendais avec impatience la perspective d’avoir des rapports sexuels avec des prostituées dominicaines. Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu de rapports sexuels depuis le moment où je me suis rendu au DR, un fait probablement lié à mon choix de projet photo. Ma seule expérience antérieure avec une prostituée remonte à plusieurs années, à Amsterdam. Je me souviens qu’elle, comme la plupart des femmes que j’ai rencontrées à Sosúa, venait de Saint-Domingue.

Avec la première femme que j’ai rencontrée à Sosúa, j’ai essayé de photographier. Pas de sexe. Ce n’était pas le reflet d’une hésitation de principe – je ne la trouvais pas attirante. Mais elle avait un service à vendre, et elle vendait et vendait durement. J’ai payé pour le sexe et elle m’ a permis de la photographier. J’ai vite découvert le bordel où j’allais passer beaucoup de temps au cours des six prochains mois, à connaître les femmes qui y travaillaient. La première moitié de la série a été abordée plus comme un portrait que comme un reportage et montre les femmes au travail, habitantes de leur personnalité professionnelle, projetant la promesse du sexe.

Les escortes, comment sont elles?

Au fil du temps, les femmes m’ont parlé de leur vie en dehors du travail, de la façon dont elles sont arrivées à Sosúa et de leur routine hebdomadaire d’envoyer des fonds à la maison pour subvenir aux besoins de leurs enfants. En apprenant à mieux connaître deux de ces femmes, elles m’ont permis d’avoir accès à leur vie de tous les jours – leur temps d’inactivité – et je les ai photographiées là où elles vivaient et se promenaient pendant leurs heures creuses.

Pendant de nombreuses années, je n’étais pas intéressée à avoir une relation avec une femme, ce qui explique en grande partie le manque de sexe avant ce projet. Au cours des six mois que j’ai passé à Sosúa, j’ai été séduite par la nature transactionnelle honnête et directe du sexe – quelque chose que j’étais beaucoup plus à même de négocier que le sexe lié aux rencontres ou aux fréquentations liées au sexe.

J’en suis venu à vraiment aimer une des femmes que j’ y voyais régulièrement. Elle est finalement devenue la femme que je voyais exclusivement. Au lieu de traîner au bordel, on a commencé à traîner chez elle. Puis, quand elle quittait le bordel pour rentrer chez elle et passer du temps avec sa fille, on se retrouvait dans des hôtels à Saint-Domingue. Quand elle est allée à St. Maarten pour un contrat de travail, je l’ai rencontrée là-bas. Quand elle est allée à Curaçao pour un autre contrat de travail, je l’ai rencontrée là-bas. Entre les visites, nous discutons tous les jours sur WhatsApp. Cela dure depuis près de trois ans maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *